Nanoparticules à luminescence persistante pour l'imagerie optique


Nom du porteur : Cyrille Richard

Laboratoire d'appartenance : Unité de Pharmacologie Chimique et Génétique

Liste des partenaires : Laboratoire de Chimie de la Matière Condensée de Paris, Biospace lab

Thématiques de l'ATP concernées:

- L'imagerie de l'oxygénation, du stress oxydant et de la microcirculation

Champ disciplinaire principal: Chimie/Pharmacie

Autres champs disciplinaires concernées:
- Biologie
- Physique


Résumé:

Notre laboratoire a r√©cemment con√ßu et synth√©tis√© des nanoparticules dites √† luminescence persistante pour des applications en imagerie optique du petit animal. Ces nanoparticules peuvent √™tre excit√©e en UV pendant quelques minutes avant d'√™tre inject√©e dans le corps de l'animal o√Ļ elles √©mettent un rayonnement dans la zone de transparence des tissus biologique (√† 700 nm) pendant plusieurs heures. Nous avons montr√© que la biodistribution de ces nanoparticules √©tait d√©pendante des charges pr√©sentes sur leur surface (1).
Notre objectif à présent est de voir si nous pouvons utiliser ces nanoparticules pour cibler et imager des zones d'intérêts comme des zones tumorales ou d'inflammation. Pour cela nous envisageons de fonctionnaliser leur surface par des ligands ayant une forte affinité pour les zones à cibler.
Nous avons r√©cemment fonctionnalis√© ces nanoparticules par la biotine et avons montr√© que selon la longueur de l'espaceur chimique pr√©sent entre la surface des nanoparticules et la biotine, celles-ci pouvaient se fixer sp√©cifiquement sur une plaque recouverte de streptavidine. En collaboration avec le laboratoire du Pr. Seppo Herttuala √† Kuopio en Finlande, qui poss√®de des lign√©es cellulaires exprimant l'avidine sur leur surface, nous envisageons d'incuber nos nanoparticules biotinyl√©es avec leurs cellules afin de voir si elles peuvent les cibler in vitro. A plus long terme nous envisageons d'implanter ces cellules transduites √† des souris afin qu'elles d√©veloppent localement des cellules exprimant l'avidine en surface puis d'injecter nos nanoparticules biotinyl√©es afin de voir si elles se s'accumulent dans la zone o√Ļ les cellules se sont d√©velopp√©es.
Si ces nanoparticules fonctionnalisées par des ligands ne donnent pas des résultats de ciblage satisfaisants, nous pourrons modifier leur voie de synthèse afin d'obtenir des nanoparticules de plus petites tailles (autour de 20 nm). Enfin, des tests de toxicité de ces particules sont prévus sur cellules et sur l'animal.


Mots-clefs: Nanoparticules à luminescence persistante, imagerie optique, petit animal, cibalge, endothélium tumoral, inflammation